• info@quotiz.com

10 clés pour vivre heureux

10 clés pour vivre heureux

Vous ne vous sentez pas pleinement heureux ? Ou vous pensez peut-être que vous êtes carrément une personne à plaindre ? Alors cet article est pour vous ! Mais attention, le bonheur absolu, encore faudrait-il pouvoir le définir, n’existe probablement pas. Toutefois, nous pouvons tous essayer de vivre heureux le plus possible et le mieux possible. Sans aucun doute un bel objectif pour bien débuter l’année 2019…

© André Rau (www.pixabay.com)
1. Accepter ce qu’on ne peut pas changer

Il existe des circonstances que vous ne pourrez jamais changer, comme par exemple la perte d’un être cher, une maladie génétique ou l’accomplissement d’une faute irréparable. Il y a aussi des cas de figure où l’espoir d’un changement n’est souvent qu’illusion : récupérer un amour perdu, rattraper en dix minutes un retard de trois heures.

Les exemples de situations malheureuses qu’il est raisonnable d’accepter foisonnent, parce que raisonnablement rien ni personne ne pourront y changer quelque chose. Par conséquent, le simple fait de s’accommoder de telles conditions permet de tourner la page, de consacrer son temps et son énergie à autre chose, et de viser l’avenir de manière constructive.

2. Améliorer ce qui peut l’être

De ce qui précède, il ne faut surtout pas penser qu’il faille rester inactif. C’est tout le contraire. Bien souvent, un événement triste ou un fait regrettable permettent par la suite de construire sa vie autrement, de se réinventer, de chercher des alternatives. Pour certains, il s’agit même de renaître, avec un futur plus resplendissant que le passé !

Ainsi, pour illustrer ces propos, il est bon de s’assurer la meilleure hygiène de vie possible afin de préserver au mieux son capital santé, même si ce dernier n’est pas florissant : perdre du poids, équilibrer son alimentation, diminuer les boissons alcoolisées, arrêter toute consommation de drogue ou de tabac, intensifier son activité physique, etc. Autant de bonnes résolutions susceptibles de vous apporter à la fois un bien-être physique et un coup de pouce à votre moral.

Dans un tout autre domaine, il est bénéfique de chercher à corriger, enrichir ou parfaire certains traits qui vous caractérisent. Développez du mieux que vous pouvez les qualités que vous appréciez chez les autres : un visage qui vous sourit, un regard qui vous est porté, une écoute qui vous est réservée, des paroles et des actes qui respirent la transparence et la véracité, la tendresse que vous recevez, l’amour qui vous est donné.

3. Pouvoir ce qu’on veut et vouloir ce qu’on peut

Cela revient à tout mettre en oeuvre pour accomplir un plan, parce qu’il y a désir (pour obtenir une satisfaction) ou parce qu’il y a volonté (pour atteindre un objectif). Réaliser ses aspirations et accomplir ses projets sont source de joie.

Encore faut-il que tout cela soit réaliste, même si c’est ambitieux. En effet, rechercher des satisfactions inaccessibles ou poursuivre des objectifs hors de portée sont source de frustration.

Il faut donc oser ses rêves, mais garder les pieds sur terre, et en cas de doute, il sera opportun de progresser modestement à petits pas dans la bonne direction.

4. Ne pas souffrir à l’avance

Au risque de choquer certains, il existe une bonne et une mauvaise façon de souffrir. Il y a des souffrances auxquelles on n’échappe pas, et au moment où elles surviennent, pour autant qu’elles surviennent, on les subit… Ceci est la bonne façon de souffrir.

Par contre, il y a des souffrances qu’on se représente dans l’avenir sans connaître leur véritable nature et intensité. N’est-il pas dommage, par exemple, de se tracasser durant plusieurs semaines à cause d’une intervention chirurgicale prévue dans 2 mois ? Ceci est la mauvaise façon de souffrir.

Et en guise d’apothéose, il y en a qui se laissent envahir par la peur à cause d’une souffrance imaginaire, à tel point qu’ils se bloquent. Par exemple, certains n’osent pas s’engager dans une relation amoureuse par crainte d’être déçus, d’autres ne postulent pas pour un poste vacant par peur de l’échec. Ceci est la pire façon de souffrir.

5. Vivre l’instant présent

En premier lieu, vivre c’est être, conjugué à l’indicatif présent : je suis, et non pas j’étais ou je serai. Vivre, c’est donc expérimenter chaque instant actuel et réel au fur et à mesure qu’il passe. La dimension temps est un processus continu que personne ne peut arrêter ni avancer ou reculer.

Petit parallélisme entre la vie et la musique : pour découvrir une mélodie, il faut la laisser jouer au tempo de la partition, sans l’arrêter, sans la rembobiner en arrière et sans l’accélérer en avant, sinon, elle n’existe plus.

Exister, c’est vivre l’instant présent, en appréciant ou en détestant chaque moment qui passe, et agir et ressentir en conséquence, pleinement concentré sur ce qui a lieu maintenant et ici. Chaque minute nous apprend et nous fait grandir…

Le plus regrettable est d’avoir le regret de n’avoir pas apprécié le temps présent au moment où il se déroulait dans le passé. Le meilleur moyen pour dissiper cette amertume est de se concentrer sans tarder sur ce qui se passe ici et maintenant.

6. Ne pas vivre dans l’attente

Vivre dans l’attente c’est prendre le risque d’être déçu. Ne vaut-il pas mieux contacter soi-même un ami au moment où l’envie vous traverse l’esprit plutôt que d’attendre que lui vous appelle ?

Chacun est acteur de sa propre vie. Prendre les choses en main permet de les faire bouger et d’aller de l’avant, sachant que la force est d’abord en soi.

Et lorsque malgré tout survient l’inattendu, c’est tout simplement un cadeau de la vie ou d’un être qui vous veut du bien, comme l’illustre cette citation de Jean d’Ormesson : « Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu ».

7. Être soi

C’est un peu surréaliste, mais il est parfois plus facile de paraître quelqu’un d’autre que d’être tout simplement soi. Il peut sembler difficile pour certains d’accepter ce qu’ils sont et qui ils sont, d’agir en conformité avec leur état d’âme et de dire « non ».

En effet, n’est-il pas frustrant de préférer se taire au lieu d’exprimer son affection, son intérêt ou de manifester sa déception, sa désapprobation, sa colère ? Cela peut provenir d’un manque de confiance en soi comme de la crainte de la réaction de l’autre. Dans les deux cas, vous pouvez recourir à une astuce particulièrement honnête et efficace, en déclarant votre perception… Celle-ci vous appartient, personne ne peut donc la critiquer ou la nier, sauf vous, car c’est votre réalité. Votre perception n’est ni blessante ni accusatrice, elle remet votre personnalité à l’honneur, et en la faisant connaître, vous vous ouvrez à un véritable dialogue sans risquer de vous perdre dans la réaction de l’autre.

Comme nous venons de le voir, se faire respecter, c’est déjà bien, mais se respecter (sans le verbe faire), c’est une autre aventure ! Cela suppose de se connaître soi-même, ce qui n’est pas toujours évident, et ensuite de chercher à s’épanouir en accord avec soi. Pour y arriver, des exercices d’introspection s’avèrent utiles.

Par ailleurs, le regard intérieur sur soi nous permet de découvrir non seulement notre singularité qui demande le respect comme expliqué ci-dessus, mais aussi notre humanité qui sollicite la tolérance. Je tolère ce que les autres sont, et j’attends des autres qu’ils me tolèrent tel que je suis, car nous avons tous une part d’humanité qui fait que nous sommes dotés de mêmes besoins, aspirations, pulsions, répulsions.

8. Aimer pour être aimé

Être aimé, n’est-ce pas l’aspiration la plus universelle ? Et fort malheureusement, beaucoup de gens ne se sentent pas aimés. L’amour se décline de mille et une façons. Peut-être sommes-nous trop exigeants envers les autres, et incapables d’apprécier l’amour qu’ils nous donnent déjà ? Sommes-nous suffisamment doués pour aimer autant que ce que nous serions en « droit » d’attendre des autres ?

Quelles que soient les réponses à ces questions, il sera plus facile pour les autres de nous donner de l’amour si nous exerçons notre propre capacité à aimer davantage tout en restant soi.

9. Savoir bien s’entourer

Vivre de manière tolérante est une chose, mais pour s’épanouir, il faut savoir bien s’entourer. Ceci n’a rien à voir avec de l’opportunisme lorsqu’il s’agit d’éviter des personnes qui vous tirent vers le bas, vous harcèlent, vous manipulent pour pomper toute votre énergie.

10. Agir selon le beau, le bon et le vrai

Une vocation sans doute universelle est d’expérimenter pleinement le bonheur sur base de trois fondements que sont le beau, le bon et le vrai.

Le beau nous apaise, nous émeut, nous cultive. Le beau resplendit au-delà de toute considération physique ou plastique. Nous le retrouvons volontiers dans la nature et dans l’art, mais aussi dans ce que notre intérieur humain peut révéler.

Le bon nous attendrit, nous console, nous rassure, nous délivre, nous réchauffe, nous illumine. Le bon est un acte d’amour.

Le vrai nous donne confiance, nous ouvre des horizons, nous permet d’avancer et laisse transparaître la lumière. Le vrai est le fruit d’un coeur pur.

Dès lors, pouvons-nous encore faire des choix ou accomplir des actes qui n’aillent pas dans le sens du beau, du bon et du vrai ?

Comment utiliser les 10 clés ?

Chacune des clés mérite à elle seule d’être exploitée séparément. Si vous désirez vous les approprier, nous vous suggérons de vous concentrer sur une seule à la fois, et ce pour une durée de quelques jours, semaines, mois, années selon le besoin et la priorité que vous lui accordez. Viennent ensuite les autres, de manière successive ou cumulative. Et n’oubliez jamais : vouloir adopter ne fût-ce qu’une seule petite clé, c’est déjà progresser !

Avez-vous apprécié cet article ? N’hésitez pas à le partager sur tous vos réseaux sociaux, à vous inscrire à notre Newsletter et à participer à cette petite enquête.

Philippe Marneth

4 commentaires à ce jour

BibiroPublié le 15 Jan 2022 - 9:53

Bonjour merci beaucoup pour ces magnifiques conseils.

ROYERPublié le 21 Août 2020 - 9:56

Profitez de la vie car il n’y a pas de 2ème chance. Lorsque nous arrivons à l’échéance de laisser sa place il ne faut rien regretter, il faut remercier la vie de nous avoir donné la chance de respirer, de marcher, de voir, d’entendre normalement. Chaque matin je remercie le soleil d’être là pour me réchauffer, et la pluie pour me rafraîchir.
Que la vie est Belle!!! Que la nature est belle.

DamourPublié le 6 Mai 2020 - 8:44

Merci pour ces 10 conseils

Marita OhlssonPublié le 18 Avr 2020 - 5:31

LE BONHEUR c’est de vivre dans le présent et de toujours essayer de faire de son mieux, pas critiquer les autres, ni juger.
Ce qui est vraiment important c’est l’AMOUR entres les humains

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Partagez